Visite du Président de la République à Caen

Publié le 22/05/2013 à 16H51
*L’URI CFDT Basse-Normandie : sauvegarder et investir aujourd’hui pour une région forte demain !* Seule organisation représentative à avoir demandé une audience à la présidence, une délégation* de l’URI CFDT a été reçue pendant près d’une heure. Alors que la crise frappe durement l’Europe et la France, les bas-normands payent et souffrent également de cette situation.

En partant du bilan que nous faisons, l’objectif de la CFDT était d’appuyer sur des points importants pour à la fois apporter des réponses immédiates à la situation mais également d’aborder les projets permettant de positionner la région en mode « sortie de crise ».

Plusieurs points ont ainsi été développés :

- le logement qui permet à la fois de sécuriser le parcours professionnel, mais également de rendre attractif un territoire

- le désenclavement de la région en particulier au travers de la LNPN

- le dialogue social sur le territoire et les moyens qui y sont dédiés

- le développement économique et industriel au travers des EMR

La première motivation du déplacement du président dans la capitale régionale est la cession de bâtiment pour réaliser la construction de logements sociaux. C’est, pour la CFDT une bonne chose. Cependant même si le manque cruel de logements est réel, nous avons rappelé également l’importance que revêt l’investissement d’habitats dans des territoires qui sont en difficultés. En effet la densification de la population autour de la capitale régionale se fait au prix de la paupérisation d’autre territoire bas-normand.

Aussi le CFDT a revendiqué que l’offre de logement se fasse dans la perspective d’un aménagement qui rende attrayant les bassins en difficultés.

Car si rien n’est fait pour développer l’ensemble de la région, la LNPN ne sera qu’une ligne grande banlieue supplémentaire de Paris. Nous avons donc insisté sur l’importance des investissements qui doivent se faire sur cette ligne qui est incontournable pour le développement régional. Mais elle n’est pas une fin en soi. Cette Ligne doit être un axe central d’un futur développement régional, la colonne d’irrigation des bassins.

La région Basse Normandie, avec une activité industrielle principalement sous-traitante et des donneurs d’ordre extérieur à son champ, doit se doter d’infrastructure lui permettant de répondre aux besoins de nouvelles filières.

La CFDT, dans ses objectifs de soutenir le développement du mix énergétique, souhaite que l’émergence des EMR soit l’occasion de mettre à profit les compétences des entreprises régionales pour d’autres produits dans le cadre d’une diversification d’activité. Ainsi de manière incontournable, les moyens de formation doivent être mis en oeuvre pour fournir la main d’oeuvre nécessaire. Il en est de même pour le développement d’activité non délocalisables comme la déconstruction et le démentellement. En effet dans la perspective de la construction d’un nouveau CHU, du stockage actuel des Sous-Marin désarmés et, malheureusement des usines qui ferment il y a une obligation de laisser aux générations à venir autre chose que ce qui a été dramatiquement abandonné dans ce qui est aujourd’hui des friches polluées.

Enfin nous avons revendiqué que soit reconnu l’action faite dans de nombreuses instances où sont amenés à siéger les partenaires sociaux et pour lesquels aucun moyen n’est dédié. Ces instances se démultiplient et à chaque fois la CFDT souhaite d’y investir. Pour que cette action soit cohérente il faut qu’elle soit portée et coordonnée partout. C’est en tous les cas l’objectif de notre organisation confédérée. Sur ce point Etat et Région sont renvoyé dos à dos.

Alors que des élus CFDT se battent pied à pied sur le premier front, celui des entreprises, pour sauvegarder des emplois, la présidence a pu constater l’action que l’organisation mène avec la même volonté pour élaguer le terrain des emplois de demain. Pour notre organisation, sans investissements pour sortir de cette crise, point de salut pour le désendettement. Ses investissements nécessaires sont la richesse de demain. Sans cela, la France obère sont avenir. C’est un combat de tous les jours, c’est un combat CFDT !

Caen, le 17 mai 2013